Démarrage d'un atelier sur la médiation pour la paix et la cohésion sociale Version imprimable Suggérer par mail
ImageNouakchott,  25/02/2013  -    Le ministre de la justice, Me Abidine Ould El kheir a souligné que la culture et les traditions de la société mauritanienne concrétisent la réconciliation et l'adoptent comme méthodologie pour la résolution des différends qui peuvent exister entre ses composantes.
Pour ce faire, a-t-il dit, l'Etat a procédé à la mise en place des conciliateurs régionaux et a créé l'institution du médiateur de la République, la commission nationale des droits de l'homme et le haut conseil pour la fatwa et les recours gracieux. Toutes ces institutions ont pour objectif la résolution des conflits à travers la conciliation et oeuvrent pour concrétiser les règles de la paix sociale, a-t-il noté.

Le ministre, qui s'exprimait à l'occasion de l'ouverture d'un atelier sur la médiation pour la paix et la cohésion sociale, organisé conjointement par le son département, le PNUD et UE, a précisé que cette rencontre s'inscrit dans le cadre des préoccupations du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, " qui a fait de l'unité nationale et la cohésion sociale le socle de ses politiques, partant de sa conviction que cette cohésion est le garant de la sécurité et de la stabilité du pays".
Elle est aussi, a poursuivi Me Abidine Ould El Kheir, le facteur déterminant qui assure la sérénité et le développement de la société. Il a ajouté que pour atteindre cet objectif, le Président de la République a entamé une lutte sans relâche contre la pauvreté, se plaçant ainsi aux côté des pauvres, oeuvré pour la réinsertion des rapatriés, résolu le passif humanitaire et lutté contre les séquelles de l'esclavage.
De son côté, SEM. Hans-Georg Gersenlauer, ambassadeur, chef de la Délégation de l'Union Européenne en Mauritanie a loué l'organisation de cet atelier qui s'inscrit, a-t-il dit, dans le cadre du projet de renforcement des capacités de dialogue et de médiation constructive pour la paix et la cohésion sociale.
Il a réitéré "l'engagement de l'UE de continuer de promouvoir la paix et la sécurité dans les pays proches et dans le monde", précisant que cette rencontre constitue un pas dans cette direction.
Pour sa part, la représentante résidente du PNUD en Mauritanie, SE Mme Coumba Mar Gadio a indiqué que cet atelier de formation des formateurs est le premier d'une série de plusieurs ateliers et qu'il entre dans le cadre de l'exécution du programme de renforcement des capacités en médiation constructive pour la paix et la cohésion sociale, cofinancés par le PNUD et l'UE.
Elle a ajouté que l'objectif visé est d'accompagner le processus de conception, de validation et même de mise en oeuvre de la stratégie nationale de cohésion sociale, en cours d'élaboration avec l'appui du système des nations unies, stratégie à laquelle le Gouvernement mauritanien attache une importance capitale, a-t-elle dit.
Mme Gadio a espéré qu'à la fin de cet atelier les participants auront acquis des compétences en matière de prévention des conflits, ainsi que des compréhension des enjeux et outils indispensables à la conduite d'une médiation, et qu'ils auront une maîtrise du processus de médiation dans son ensemble.
Participent à cet atelier de 4 jours des représentants des départements ministériels concernés et de la société civile.
La cérémonie d'ouverture s'est déroulée en présence du ministre des affaires économiques et du développement et du Commissaire Adjoint aux droits de l'homme, à l'action humanitaire et aux relations avec la société civile.